Contactez-nous
0 809 10 11 12

Questions Réponses Cabinet Infirmier

Si vous montez votre cabinet d’infirmier seul, alors vous aurez probablement à créer votre business plan et à développer seul votre patientèle. Si vous préférez partir accompagné, alors le choix de la collaboration ou de l’association se pose.

Avant de devenir infirmière libérale et vous mettre à votre compte, vous avez la possibilité de réaliser des remplacements en tant qu’infirmière libérale. Un bon moyen de vérifier que le métier vous convient tel qu’il est pratiqué dans un cabinet avant de faire le grand saut. Les démarches pour devenir remplaçante sont presque similaires à celles pour s’installer en libéral.

Quel que soit le statut choisi pour devenir infirmière libérale, la journée-type reste la même. La tournée et les déplacements professionnels rythment votre quotidien.

Voici un exemple d’une journée type :

6h à 12h : tournée du matin avec les bilans sanguins, dépôt des bilans aux laboratoires, administration des traitements, nursing, pansements, injections, insuline, perfusions
12h à 16h : pause pour votre gestion administrative, prise de RDV, organisation de la tournée, saisie des ordonnances, facturations, coordination avec les collègues, sans oublier une sieste reconstructive
16h à 20h : tournée du soir avec l’administration des traitements, insulines, nursing, pansements, injections, perfusions

Être son propre patron, c’est aussi gérer sa comptabilité. Lorsque vous devenez infirmière libérale, comme un entrepreneur, vous avez l’obligation de tenir une comptabilité régie par des règles précises. Plusieurs choix s’offrent à vous avant même de vous installer en libéral. Soit, vous réalisez cette gestion directement dans un logiciel de comptabilité pour cabinet infirmier, soit vous optez pour la gestion de la comptabilité par un expert-comptable. Une chose est sûre : le coût ne sera pas le même !
Avec notre formule ZEN, on gère toute votre comptabilité d’infirmière libérale, à votre place. Fini les heures passées sur votre plan comptable d’infirmière libérale, nous nous occupons de tout à votre place.

Pour tenir sa comptabilité facilement, plusieurs options s’offrent à vous, selon le prix et l’effort que vous souhaitez mettre dans la tenue de votre comptabilité.

Vous pouvez opter pour un expert-comptable qui s’occupera de votre comptabilité à votre place. Pratique, mais assez cher, surtout lorsque vous démarrez.
Vous pouvez aussi choisir un logiciel de comptabilité pour infirmiers. Beaucoup plus abordable mais l’investissement en temps sera plus conséquent.
Enfin, vous pouvez choisir un service hybride comme My Agathe le propose. La comptabilité est gérée par un conseiller personnel, validée par un expert-comptable, à un prix raisonnable et avec un minimum à faire de votre côté.

La Carpimko a un rôle de recouvrement des cotisations de retraite obligatoire pour les professionnels libéraux. A part entière comme une des sections professionnelles de la CNAVPL (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse des Professions Libérales), elle a été instituée par l’article L 621-3-3e du code de la Sécurité Sociale.

La Carpimko gère 3 régimes de retraite : le régime de base, le régime de retraite complémentaire et le régime Avantage Social Vieillesse (ASV) des praticiens conventionnés. En plus, le régime d’assurance Invalidité Décès est obligatoire également et fonctionne comme les régimes de retraite en répartition.

A l’heure actuelle, le fonctionnement de la Carpimko est contrôlé par les ministères de la Santé et des Solidarités, de l’économie et des Finances, ainsi que par la Cour des comptes.

A partir du moment où vous allez exercer en libéral en France et dans les départements d’outre-mer, il n’y a aucun doute : vous devez vous inscrire à la Carpimko. Cela est le cas même lorsqu’il s’agit d’un remplacement d’une courte durée entre deux emplois dans le secteur hospitalier, par exemple.

En théorie, la CPAM et l’URSSAF doivent informer la Carpimko de votre début d’activité en libéral. Il est tout de même préférable de faire les démarches de votre côté, étant donné qu’il s’agit bien d’une affiliation obligatoire in fine.

Pour reprendre les démarches de la déclaration étape par étape :

  • elle doit être réalisée dans le délai d’un mois suivant la dispense de votre premier acte médical
  • elle est disponible au téléchargement sur le site de la carpimko : www.carpimko.com
  • elle est à accompagner de la photocopie du Diplôme d’Etat avec votre numéro d’enregistrement ADELI, fourni par l’ARS, ou du verso de votre diplôme
  • elle est à retourner à l’adresse suivante : 6 place Charles de Gaulle – 78882 Saint Quentin en Yvelines Cedex

Après toutes les démarches administratives que vous avez déjà réalisées pour devenir infirmière libérale, cette inscription à la Carpimko est une réelle formalité ! L’affiliation est à réaliser à un seul point national en France et en plus il y a uniquement 3 documents à fournir. Pour la moindre question, leur service est ouvert par téléphone au 01 30 48 10 00 du lundi au vendredi de 8 h 45 à 16 h 30 sans interruption.
Une fois que tout cela est réalisé, l’affiliation à l’organisme de retraite prend effet au premier jour du trimestre civil suivant le début de votre activité. En conséquence pour vos cotisations, cela veut dire que tout trimestre entamé est dû. Alors attention à bien choisir la date de votre installation en tant qu’infirmière libérale !

Pour bien commencer votre comptabilité, il est important de séparer vos comptes professionnels de vos comptes personnels. En évitant ce mélange, vous gagnez en visibilité dans vos relevés de comptes mensuels. Etant donné que toutes vos dépenses professionnelles doivent être justifiées, il sera plus facile de retrouver les différents éléments le cas échéant. L’essentiel est d’avoir un compte séparé, il n’est pas indispensable d’avoir un compte bancaire professionnel pour votre comptabilité en infirmière libérale.
Avec votre véhicule professionnel, vous allez être amené à aller régulièrement faire le plein d’essence. Pour faciliter la gestion de vos relevés mensuels, vous pouvez ouvrir un compte dans la station service proche de chez vous. Ainsi, vous payez certes plus cher, mais bien moins régulièrement !
Concernant tous les mouvements en espèces, il est important de les noter dans un cahier ou l’agenda, que ce soit pour les recettes ou les dépenses. Ainsi en cas de contrôle, ce document fait foi.

Voici une liste non exhaustive de bonnes pratiques pour que la déclaration annuelle se déroule dans les meilleures conditions :

  • mettez de côté les 2 premières années. Les deux premières années, les charges sont calculées sur des plafonds forfaitaires par l’URSSAF, la Carpimko, etc. Ces plafonds sont souvent bas par rapport à la réalité de l’exercice quotidien. Faites donc bien attention à prévoir la régularisation lors de la troisième année d’exercice, qui peut être financièrement lourde à supporter.
  • souscrivez à une prévoyance dans le cadre de la Loi Madelin. Ce dispositif fiscal (donc déductible de votre déclaration 2035) est accessible à tous les travailleurs non-salariés (dont les infirmiers libéraux) :
    Retraite complémentaire
    Complémentaire santé
    Assurance perte de revenu ou d’exploitation : garantie en cas de dégradation du local professionnel, la prise en charge des charges fixes de fonctionnement du cabinet…
    Prévoyance : indemnités journalières pour arrêt de travail ou invalidité, garantie décès…
  • mettez de côté 50% du chiffre d’affaires réalisé. Lorsque vous effectuez des soins à hauteur de 100 euros, mettez-en 50 sur un compte à côté. Cela servira à payer toutes vos charges sociales et fiscales.
  • gardez un œil sur votre trésorerie. Elle est essentielle au bon fonctionnement et apporte une vision en temps réel de la bonne santé de votre cabinet. Il ne s’agit pas seulement de se limiter aux obligations légales, fiscales et sociales, la trésorerie occupe une place déterminante dans les prévisions budgétaires et permet d’anticiper tout imprévu (maladie, vacances…)
  • rangez vos factures par relevé dans un classeur. Le jour où vous avez à rechercher un document, vous le trouverez bien plus facilement !
  • conservez vos documents 5 ans. Un contrôle peut être fait jusqu’à 3 ans. Depuis la création de l’EPS (Examen Périodique de Sincérité), un tirage au sort est réalisé pour déterminer qui sera contrôlé. L’objectif de cet examen est de vérifier que les déclarations fiscales sont correctement établies.

En tant qu’infirmière libérale, vous êtes payés par les CPAM et les mutuelles. Mais il peut arriver que vous ayez des « rejets », c’est-à-dire des factures refusées par la caisse ou la mutuelle pour diverses raisons (problème de cotation, information manquante…). Dans ce cas, vous devez généralement traiter ces rejets pour renvoyer la facture en question. Cela peut être chronophage… Mais surtout vous pouvez l’éviter. Car à terme, un impayé non traité, c’est un manque à gagner pour vous !

Pour éviter un maximum vos impayés, il existe différents services. agathe You inclue une prestation très complète, vérifie vos cotations et les défauts de paiements, relance les caisses et mutuelle en cas d’impayés à votre place, et s’assure de vos paiements directement sur votre compte bancaire. C’est un gain de temps pour vous, mais aussi moins de choses à penser !

Quand vous avez besoin de souffler, de prendre des vacances, quand vous êtes malade, ou avez simplement envie de prendre plus de temps pour vous, avoir recours à un remplaçant, c’est très pratique ! Celui-ci vous remplace pendant un période déterminée, mais ne fait pas partie de votre cabinet, c’est donc très flexible pour vous !